IE Warning
YOUR BROWSER IS OUT OF DATE!

This website uses the latest web technologies so it requires an up-to-date, fast browser!
Please try Firefox or Chrome!
 
 
 

Prévenir ou gérer les coliques grâce aux approches énergétiques

Les coliques…. voilà un sujet de préoccupation et une source d’angoisse voire de chagrin malheureusement trop bien connus de toutes les personnes qui côtoient nos Amis Chevaux.

Certaines règles essentielles sont à respecter pour les éviter au maximum, comme la nécessité, pour le cheval, de disposer à volonté d’une eau d’abreuvement de qualité.

Par ailleurs, si le cheval doit recevoir des grains, il est indispensable de les proposer après la distribution de fourrage.
Pour des explications plus détaillées sur ce point, je vous invite à aller lire l’article que j’ai récemment écrit sur les soucis d’estomac.

Ensuite, toute modification plus ou moins brutale peut perturber le cheval au point de provoquer ces fameuses coliques.
Il peut s’agir d’un changement météorologique, mais aussi d’un déménagement, du décès de l’un de ses congénères, d’un nouveau propriétaire etc.

Un autre aspect extrêmement important pour minimiser les risques de coliques concerne le mouvement.
Plus le cheval se déplace, plus son système digestif fonctionne bien.

A ce sujet, je suis en accord avec les fondements de l’écurie active, et plusieurs de ses principes sont d’ailleurs appliqués chez moi.

L’un d’eux concerne le libre mouvement, dont je viens de vous parler.

Un autre s’intéresse à la distribution de fourrage à volonté.
Sachant que le cheval se nourrit « nature-llement » durant 65% de son temps, c.-à-d. entre 15 et 16 heures par jour, il est logique que s’il ne reçoit que trois repas par jour, par exemple, il risque de développer des pathologies liées à ce déséquilibre alimentaire, dont les principales sont les ulcères et les coliques.

J’ai déjà abordé brièvement la thématique des ulcères dans un article précédent (voir remarque ci-dessus).

Aujourd’hui, je vais donc vous expliquer en quelques lignes en quoi le shiatsu et les autres approches que je propose peuvent vous aider à éviter ou à gérer les coliques de vos compagnons équins.

Qu’il s’agisse d’une situation récurrente, avec un cheval qui a une forte tendance à présenter des coliques dès la moindre perturbation, dès le moindre changement, ou au contraire d’une crise, éventuellement occasionnelle et unique, la Médecine traditionnelle chinoise – et donc le shiatsu, dont il est issu – dispose de points clé à solliciter.

Pour ne citer qu’un seul exemple parmi bien plus, le fameux « point colique » E25.

E car il est situé sur le méridien Estomac.
25 pour préciser sa localisation, à un travers de main de part et d’autre de l’ombilic.
Il s’agit en fait du point d’ « alarme » de la fonction Gros Intestin.

En cas de contractures abdominales, de spasmes, de coliques, on peut le masser…. en douceur toutefois car le cheval en état aigu, en état de crise peut réagir très violemment dès qu’on approche cette zone!

J’ai personnellement déjà dû y avoir recours et ce, toujours avec succès!
J’en suis chaque fois reconnaissante envers le shiatsu et la Médecine chinoise.

A côté de ces points, il en existe d’autres, qu’on appelle « anti-stress » ou « de lâcher-prise ».

Ceux-là vont donc aider le cheval à lâcher un peu la pression, à se décontracter, ainsi que ses muscles et tout son corps, permettant ainsi aux crampes de s’estomper, aux coliques de s’atténuer.

Une crise de coliques agite souvent le cheval, entre autres parce que celui-ci « sait », par « Nature », que si un prédateur se présente, à la recherche de sa proie, il risque d’être l’élu pour son festin.

Il est donc primordial d’amener le cheval à se détendre un maximum.
C’est d’ailleurs une grande partie de l’effet recherché par l’injection du vétérinaire.

En soutien du shiatsu, on pourra également utiliser des huiles essentielles et/ou des élixirs floraux, à appliquer éventuellement sur certains points clé pour une action plus immédiate ou plus ciblée.

La fasciathérapie est également un excellent complément s’il s’avère que le cheval souffre de coliques récurrentes, probablement dues à des blocages au niveau du péritoine.

La liste ne s’arrête évidemment pas là.

Et il y a lieu de toujours tenir compte de l’environnement, au sens large, du cheval (lieu de vie, alimentation, entraînement, histoire, génétique, changements récents etc.), tout en gardant en tête que les coliques sont toujours une situation d’urgence et que le premier geste à poser est d’appeler son vétérinaire!

é-ki-libre vous propose des ateliers de phyto-énergétique sur divers thèmes, dont celui des coliques.

N’hésitez pas à la contacter directement pour plus d’infos à ce sujet.

Au plaisir du Partage…. pour la santé et le bien-Être de nos Compagnons de route….

Commentaires

Il n'y a aucun commentaire

Comments are closed.